PALACIO VALDÉS (A.)

PALACIO VALDÉS (A.)
PALACIO VALDÉS (A.)

PALACIO VALDÉS ARMANDO (1853-1938)

Romancier espagnol, Palacio Valdés naquit à Entralgo (Asturies). Après des études de droit, il se consacre à la littérature. Le succès de ses romans et son immense prestige allaient faire de lui un patriarche respecté des lettres espagnoles. En 1905, il succéda à J. M. de Pereda à l’Académie de la langue et mourut à Madrid en pleine guerre civile.

Armando Palacio Valdés est difficile à situer parmi les grands romanciers de son temps (Galdós, E. Pardo Bazán, Clarín, P. Luis Coloma, Blasco Ibáñez...). Du romantisme suranné de ses débuts au réalisme subjectif et à l’idéalisme religieux de la fin, en passant par le naturalisme, un grand éclectisme le caractérise. El Señorito Octavio (1881) est son premier roman. Marta y María (1883) inscrit le conflit du faux mysticisme et de l’action efficace dans le cadre des Asturies que le romancier excelle à décrire. Paysages, coutumes, mentalités des Asturies se retrouvent dans plusieurs autres livres: El Idilio de un enfermo (1884); José (1885), sur la vie des marins asturiens; El Cuarto poder (1888) qui dénonce le caciquismo ou pouvoir excessif des notables, l’un des maux les plus graves de l’Espagne de la Restauration. Riverita (1886), l’un des grands romans de Palacio Valdés, offre une description assez amère de la société madrilène; l’autobiographie que contient ce livre se poursuit dans Maximina (1887), où l’auteur brosse un admirable portrait de sa première épouse. La Hermana San Sulpicio (1889) présente, dans un décor andalou aimablement stylisé, l’idylle tourmentée d’un médecin galicien et d’une jeune nonne sévillane qui finira par quitter le couvent pour convoler en justes noces. Cette œuvre très populaire, d’un style enjoué, est un petit chef-d’œuvre. L’Andalousie sera le cadre de plusieurs autres histoires: Los Majos de Cádiz (1896), La Alegría del capitán Ribot (1899), Los Cármenes de Granada (1927).

Ce romancier, que l’on présente souvent comme assez superficiel, s’en est pris sans égards à la haute aristocratie madrilène dans La Espuma (1891); il a traité de la religion dans La Fe (1892); avec La Aldea perdida (1903), il s’insurge contre la transformation de la bucolique province des Asturies en pays minier; Tristán o el pesimismo (1906) fustige la vision négative de l’humanité qu’incarne le protagoniste; l’analyse psychologique souvent aiguë de l’adultère ou des conflits de caractères s’exerce dans El Maestrante (1893), Los Papeles del doctor Angélico (1911), Años de juventud del doctor Angélico (1918), La Hija de Natalia (1924), Santa Rogelia (1926), Sinfonía pastoral (1930).

Palacio Valdés est aussi l’auteur de très nombreux contes ainsi que d’essais critiques sur le rôle de la femme (El Gobierno de las mujeres , 1931) ou sur ses propres convictions philosophiques ou esthétiques (Testamento literario , 1929). À l’instar de celle de Blasco Ibáñez, la renommée de Palacio Valdés fut immense en son temps. Traditionnel et conservateur par son idéologie, sa vision du monde est trop idéaliste et sentimentale; mais il reste remarquable par l’élégance et l’alacrité de son style et par la vérité de ses tableaux régionalistes.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Palacĭo Valdés — Palacĭo Valdés, Armando, span. Romanschriftsteller, geb. 1853 in Asturien, studierte Rechtswissenschaft und beschäftigte sich eingehend mit klassischen Studien und deutscher Philosophie. Er begann 1875 seine schriftstellerische Tätigkeit mit… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Palacio Valdés — Palacĭo Valdés, Armando, span. Schriftsteller, geb. im Okt. 1853 in Entralgo, lebt in Madrid; verfaßte kritische Schriften (»Los novelistas españoles«, 1871; »Nuevo viaje al parnaso«, 1879), Romane und Novellen (»Senorito Octavio«, 1881; »El… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Palacio Valdés — Palacio Valdés, Armando …   Enciclopedia Universal

  • Palacio Valdés — Palacio Valdẹ́s   [pa laθi̯o ], Armando, spanischer Schriftsteller, * Entralgo (Provinz Oviedo) 4. 10. 1853, ✝ Madrid 3. 2. 1938; seit 1905 Mitglied der Spanischen Akademie; schrieb im Gefolge von J. Valera y Alcalá Galiano und B. Pérez Galdós… …   Universal-Lexikon

  • Palacio Valdés — /pah lah thyaw vahl des / Armando /ahrdd mahn daw/, 1853 1938, Spanish novelist and critic. * * * …   Universalium

  • Palacio Valdés — /paˈlaθjoʊ valˈdeɪs/ (say pah lahthyoh vahl days) noun Armando, 1853–1938, Spanish novelist and critic …   Australian-English dictionary

  • Palacio Valdés — /pah lah thyaw vahl des / Armando /ahrdd mahn daw/, 1853 1938, Spanish novelist and critic …   Useful english dictionary

  • Palacio Valdés, Armando — ▪ Spanish writer born Oct. 4, 1853, Entralgo, Spain died Feb. 3, 1938, Madrid       one of the most popular 19th century Spanish novelists, distinguished by his optimism, his charming heroines, his realism, and his qualities of moderation and… …   Universalium

  • Palacio Valdés, Armando — ► (1853 1938) Novelista español. En 1881 apareció un volumen con sus escritos literarios titulado La literatura en 1881, escrito en colaboración con Clarín. En su obra, la novela realista española del s. XIX se suaviza, degenerando, a veces, en… …   Enciclopedia Universal

  • Armando Palacio Valdés — Saltar a navegación, búsqueda Armando Palacio Valdés. Armando Palacio Valdés (Entralgo, Asturias, 4 de octubre de 1853 Madrid, 29 de julio de 1938) fue un …   Wikipedia Español

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”